La crêche

D’après le site Aleteia

Pendant l’Avent, nous avons l’habitude de reconstituer la Nativité. La crèche, qui signifie littéralement la « mangeoire » d’un animal, prend au long des siècles des formes variées. La tradition dit que c’est en 1223 que saint François d’Assise aurait donné le rôle des personnages de la crèche à des habitants du village de Greccio en Italie. Peu à peu, la coutume s’est répandue et les personnages vivants ont été remplacés par des figurines de cire, de terre cuite, de plâtre et parfois même de mie de pain.

Au Vatican, en 1982, le Pape St Jean Paul II a décidé de l’installation d’une crèche grandeur nature et d’un grand sapin illuminé sur la place Saint-Pierre. Depuis, chaque année, la foule des pèlerins attend dans le froid le moment magique où, peu avant la messe de minuit, la crèche est enfin dévoilée.

C’est sur la base des Écritures que l’on représente traditionnellement la Nativité : Marie et Joseph encadrent l’Enfant-Jésus. Marie, qui vient d’accoucher, est généralement représentée à genoux devant le nouveau-né, dans une attitude d’adoration. Dans les représentations du Moyen-Orient, qui insistent sur l’humanité de Marie, celle-ci est souvent représentée allongée, se remettant des douleurs de l’enfantement.

La tradition veut aussi que l’on place dans la crèche l’âne qui aurait transporté Marie enceinte et le bœuf qui, de son souffle, aurait réchauffé le nouveau-né.

On place aussi dans la crèche les anges et les bergers qui, au moment de la naissance du Sauveur, gardaient leurs troupeaux dans la région. « Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche », raconte encore saint Luc.

 

La crèche du collège Saint-Paul se constitue peu à peu : la Sainte Famille, un berger et un des mages. Ces personnages sont fabriqués par les Carmélites d’Avranche.
Merci à la famille Godin qui a, de façon magnifique, installé la crèche cette année.
Merci à Mme Debourse de l’avoir agrémentée par ses peintures : de l’Orient à l’Occident, celles-ci nous rappellent que Jésus est né en Judée et qu’il est venu pour tous, quelle que soit notre origine.